Le taxi et sa petite histoire

De l’Antiquité au Moyen-Age

Au contraire des transports publics qui ont généralement des points d’arrêt déterminés à l’avance, le taxi va quant à lui, transporter, contre paiement, passager(s) et bagage(s) de la porte à la porte ou de la station de taxi à la porte de la maison où veut se rendre le client.  Le taxi est donc un moyen de transport à la demande individuel, même si dans certaines parties du monde on trouve des taxis dits collectifs (comme en Afrique par exemple).Le taxi moderne est donc une voiture automobile privée, conduite par un chauffeur, qui va transporter des passagers et des bagages, d’un point à un autre, contre une rémunération au kilomètre parcouru...  Vous pensez alors peut-être que les premiers taxis sont arrivés en même temps que les toutes premières automobiles et vous vous trompez !  Vous les faites remonter aux chaises à porteurs ?  Et vous vous trompez encore…  Les tout premiers taxis, soit un véhicule ( www.allo-taxi.pro ) qui sert à transporter un passager d’un endroit à un autre en échange d’une rémunération, remontent à aussi loin que l’antiquité, et on les trouvait déjà à Byzance !

A cette époque, si vous aviez de quoi payer le déplacement, vous pouviez trouver des chars qui attendaient les clients, un peu comme dans les stations de taxis modernes, et ces chars vous transportaient là où vous souhaitiez vous rendre.  Vous vous demandez peut-être comme le conducteur du char se faisait payer ?  Et bien imaginez-vous que ces chars étaient même équipés d’un compteur, afin de déterminer précisément le prix de la course.  C’est donc un boulier compteur relié aux essieux des roues du char qui est l’ancêtre du taximètre moderne (Le taximètre moderne sera quant à lui inventé en 1891, à Berlin, en Allemagne, par Friedrich Wilhelm Gustav Bruhn).  

Du Moyen-Age au XVIIIème

L’étape suivante dans l’histoire du taxi et des compagnies de taxis, est alors la chaise à porteurs, chaise que l’on peut voir circuler un peu partout en ville dès le Moyen-Age.  Mais ce moyen de transport n’est alors réservé qu’à une certaine élite…  La chaise à porteurs est un moyen de transport individuel assez onéreux à l’époque car il fallait deux hommes pour la porter à bout de bras.  La chaise à porteurs est composée d’une cabine montée sur des brancards qui dépassent de chaque côté.   Ce moyen de transport permet au passager de voyager assis, contrairement au système romain, où les passagers voyaient allongés dans ce que l’on appelle la litière.  La chaise à porteur était peu encombrante et très maniable, c’est pourquoi elle était beaucoup utilisée dans toutes les villes européennes, du XVI au XVIIIème siècle.  En Asie, la chaise à porteurs est connue sous le nom de palanquin.  Ce moyen de transport était aussi souvent utilisé lors des processions.C’est en 1637, à Paris, rue Saint-Martin, que va s’établir la toute première « compagnie de taxi », elle fût fondée par Nicolas Sauvage.  Son parc comprenait à l’époque, une vingtaine de carrosses de louage mis à la disposition du public et ces voitures étaient conduites par des cochers.  Ces fiacres comme on les appelle alors, tirent leur nom de l’Hôtel Saint-Fiacre qui se trouvait en face de leur dépôt, ils vont peu à peu remplacer les chaises à porteurs dans les rues parisiennes et européennes.

Cette compagnie de fiacres va prospérer à un point tel que dès 1703, la police va devoir en réglementer la circulation et mettre en place un système d’immatriculation.  Chaque fiacre se verra alors attribuer un numéro unique, une espèce de licence de taxi avant l’heure donc.  Différents véhicules tirés par des chevaux seront, au fil des ans, utilisés comme taxi, outre le fiacre, vous pouviez trouver les calèches, les cabriolets et les landaus. Le fiacre est un véhicule hippomobile à quatre roues avec un habitacle fermé qui sert au transport de quatre passagers.  Le modèle complètement fermé que l’on utilisait principalement en hiver est un coupé, tandis que le modèle pour l’été est un cabriolet.  Le fiacre est une voiture de louage (ou un taxi) qui était conduite par un cocher.

La calèche est donc un véhicule hippomobile elle aussi, qui peut être tiré par un ou plusieurs chevaux.  Elle peut généralement transporter quatre passagers qui sont placés deux par deux en vis-à-vis.  Elle est équipée de quatre roues et d’une capote rabattable pour protéger les passagers des intempéries.  Parfois vous y trouviez un cocher, et parfois un ou des postillon(s) (le postillon remplaçait le cocher en montant un cheval).Le landau quant à lui, fut inventé à Landau, c’est un véhicule hippomobile à quatre roues et à quatre places en vis-à-vis, qui est bien plus confortable que le fiacre ou la calèche…  Déjà tout simplement parce qu’il est bien plus bas, et les passagers peuvent donc y monter beaucoup plus facilement, ensuite il a une capote complètement rabattable qui permet de voir autour de soi quand le temps est agréable.  Ce véhicule tient aussi une grande partie de son confort du fait qu’il est équipé d’une suspension, ce qui rend les voyages et les routes très cahoteuses de l’époque, bien plus faciles à supporter.

Le taxi moderne

C’est au début du XXème siècle, que l’on voit alors apparaître les premiers taxis dits modernes, des véhicules automobiles autotractés.  Les premiers utilisaient l’électricité pour se mouvoir et peu à peu ils furent remplacés par des voitures avec des moteurs à l’essence et ensuite au diesel.  Dès 1905, le constructeur automobile français Renault, comprit très vite l’enjeu ainsi que l’énorme marché potentiel d’un secteur en plein développement ( www.fourriere.pro ) , il mit alors sur le marché un véhicule adapté à cette activité commerciale naissante, en proposant son modèle AG1.C’est bien évidemment à cette même époque que s’amorce lentement mais sûrement, le déclin des taxis hippomobiles et que le métier de cocher et de postillon vint à disparaître...  Vous trouverez encore parfois, des calèches et des cochers cohabitant avec des taxis modernes, dans certaines villes historiques, balnéaires ou touristiques, et vous pourrez les emprunter pour faire une visite un peu plus folklorique de la ville que vous découvrez…